[FILM] La Religieuse

Cela faisait longtemps que je n’avais pas été tant emballée par un film. Pas tant pour l’intrigue ou le scénario, qui, quand on y regarde de plus près, peuvent sembler un peu redondants, que pour l’ambiance qui s’en dégage et les questions qu’il soulève.

Le nom du film de Jacques Rivette, La Religieuse, ne pouvait être plus simple et ne pouvait tomber plus juste. C’est l’histoire d’une jeune femme, Suzanne Simonin, que l’on destine et condamne au couvent, pour des raisons familiales et financières. Mais celle-ci, bien qu’ayant une foi sincère, ne se sent pas « appelée ». Au couvent, parmi les sœurs, tout semble se retourner contre elle. Les saisons défilent et la jeune femme passe de la rébellion à la résignation, en passant par l’espoir, la joie et la détresse. Sa seule consolation est de prier, encore et toujours, et de se rendre irréprochable aux yeux de Dieu.

Ce film ne serait pas ce qu’il est sans la magnifique et talentueuse Anna Karina. Son visage à lui seul, entouré par sa coiffe de nonne, dit toutes les émotions d’une femme rêvant de liberté mais trop humble pour l’exiger. Les lieux du tournage, principalement des cellules et des lieux de prière, semblent chargés d’énergie. Certains plans du film sont vraiment beaux et les couleurs brutes et bleutées sont absolument séduisantes.

Il s’agit, à l’origine, d’une oeuvre de Diderot. Elle pose, aujourd’hui encore, beaucoup de questions à propos de la foi, des institutions religieuses, mais aussi de la femme et de ses représentations. Ce film est, plus généralement, une réflexion sur l’acceptation, la résignation, la soumission, l’amour, le bien et le mal. Un vaste programme, en somme.

FICHE ALLOCINÉ

Leave A Comment

You must be logged in to post a comment.