Mini Critique #7 – L’odyssée

Jérome Salle relève t’il le challenge que représente l’histoire du célèbre commandant Jean-Yves Cousteau ?

L’Odyssée


Par : Jérome Salle

Durée : 2h02

Date de sortie : 13 octobre 2016

Résumé : Le commandant Cousteau nous fait plonger avec lui dans les fonds marins et les péripéties de sa célébrité.


Jérome Salle, également réalisateur de Largo Winch, nous offre le premier biopic consacré au célèbre commandant Jean-Yves Cousteau. Ancien officier de la Marine, explorateur, inventeur et plongeur lui-même, ce singulier personnage a pour première ambition de découvrir le monde des profondeurs et ses merveilles. Sa petite famille, unie par cette même passion, vit alors des jours paisibles. Pourtant, l’amour du commandant pour l’océan va vite se transformer en une quête effrénée du « jamais vu ». Alors qu’il accède à la gloire, ses rapports familiaux se froissent progressivement jusqu’à se briser. Obnubilé par l’argent et pris dans un cercle vicieux, Cousteau ne réalise pas qu’il est en train de détruire l’univers qu’il convoite. Le premier à en prendre conscience est son fils Philippe, qui abandonne la quête dans sa décadence et laisse son père plein d’orgueil aux commandes du bateau. Les deux personnages se réconcilient finalement et partent ensemble au bout du monde. Cette fois, c’est plus dans l’objectif de préserver l’océan que de le conquérir.

Le réalisateur de l’Odyssée parvient à nous montrer l’univers marin sous son aspect le plus fascinant. Regorgeant de merveilles mais parfois dangereux, il est risqué de prétendre le maîtriser. Sur ce point, le film séduira les amoureux de la mer et des grands espaces. Certaines images, d’une grande beauté, sont particulièrement émouvantes et réduisent l’ego humain en un tas de poussière. Le chemin emprunté par Cousteau à la fin de l’histoire fait de l’Odyssée un film engagé. Il nous rappelle que notre planète est en danger depuis des années et que le combat est loin d’être fini.

Toutefois, le fond de l’histoire et sa morale ne suffisent pas à prendre le spectateur aux tripes du début à la fin. Le scénario présente quelques longueurs, on a souvent l’impression de revenir sur les même images, les même conflits. La personnalité de Jacques-Yves Cousteau ne tombe pas totalement dans le cliché du vilain commandant avare, puisqu’il finit par retourner sa veste, mais il est dommage que ce ne soit pas fait avec un peu plus de nuances…  On ne doute pas de sa profondeur d’âme, mais il aurait été intéressant d’assister de plus près à sa remise en question.

DONC ?!

coeur-03

L’Odyssée reste un très beau film, il donne une bouffée d’air frais dans notre vie urbaine et s’engage réellement pour la protection de l’environnement.

La petite anecdote : Lambert Wilson, qui incarne le commandant, s’est énormément investi dans son rôle… jusqu’à perdre 10kg pour le film !

Leave A Comment

You must be logged in to post a comment.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Contact

manon.raoul@heylisten.fr